Brève histoire de Gesnes

Publié le par Dominique

L'histoire de Gesnes remonte aux  temps les plus anciens puisqu'on a trouvé sur son territoire des débris de grandes tuiles creuses sur des emplacements de métairies gallo-romaines, destinées à l'exploitation du sol.

 

Le nom lui-même de Gesnes a évolué au cours des siècles : du Iennas d'origine il est passé par Gennas, Jemmas, Giennes, Gênes… pour devenir enfin en 1922 Gesnes-en-Argonne. Le 1er Juillet 1973 Gesnes est rattaché, par fusion-association, à Romagne sous Montfaucon et devient  Romagne-Gesnes  jusqu’au 1er Janvier 1987 où Gesnes-en-Argonne est rétabli.

 

Son histoire est étroitement mêlée à celle de Montfaucon D’Argonne puisque Gesnes dès la création de Montfaucon par Saint-Baldéric en 597 fit partie du territoire des moines de Montfaucon avec les villages qui formaient ce qu'on appela par la suite le Septiminium : Gesnes, Ivoiry, Septsarges, Epinonville, Gercourt, Drillancourt, Cuisy. L'empereur Charlemagne de passage à Montfaucon vers l'an 800, rétablit la collégiale Saint-Germain de Montfaucon et les chanoines qui la dirigeaient dans leur privilège d'être le seul et unique seigneur du Septiminium. Les chanoines percevaient la dîme, les terrages… Un prévôt était alors responsable des affaires temporelles. Gesnes faisait partie de la Grande Prévôté de Montfaucon, bailliage de Vermandois, Evêché de Reims sous le vocable de Saint-Pie 1er. De ce fait Gesnes n'eut jamais d'autre seigneur que les chanoines, bien que des familles d'origine noble y aient habité : les de L'Escamoussier, les de Niger, les de Bongard…


                             

 

Un oratoire primitif dédié à Saint-Pie 1er, le patron de la paroisse, existait dès les origines. Et la fontaine Saint-Pie existe toujours, à la source du ruisseau qui traverse Gesnes.

 

Gesnes, comme toute la région, traversa des périodes difficiles : l'invasion des barbares, des Normands qui remontèrent la Meuse, la guerre de Cent Ans, la guerre de Trente Ans… Le village fut pillé et détruit à de nombreuses reprises. Après la guerre de Cent Ans, Gesnes fut rayé de la carte durant 60 années. Il connut aussi la famine et les grandes épidémies qui décimèrent la population.

 

En 1790, les chanoines furent chassés de Montfaucon et tous leurs biens furent vendus. Le département de la Meuse fut créé et Gesnes comme les villages dépendant des chanoines y fut rattaché.


                 


                                                                Extraits des cahiers de doléances de Gesnes


Les guerres de 1870 et de 1914 n'épargnèrent pas le village. Du 2 septembre 1914 au 5 octobre 1918 Gesnes a vécu  sous le joug allemand. Les rues furent rebaptisées et les habitants durent vivre à l'heure allemande. Beaucoup d'habitants furent évacués.

Gesnes a été totalement détruit et sera reconstruit de 1922 à 1930 grâce aux dommages de guerre. Le village a perdu une grande partie de ses habitants. A leur retour, ils vécurent dans des baraquements autour du village.

Et le calvaire recommencera avec l'évacuation de 1940 et cinq années de guerre.

De nouveau la vie reprendra son cours dans le village avec les familles qui y reviendront. La modernisation améliorera les conditions de vie des villageois.


En 1900 Gesnes était surnommé le « pot de chambre de la Meuse » tellement le village était sale et boueux. En 2003 il obtint le premier prix du canton pour son fleurissement. Gesnes s’est embelli et les gesniaux, jeunes comme anciens, ont à cœur de le fleurir et de le décorer.


              

 

Publié dans Histoire

Commenter cet article